top of page
TUER LE TEMPS PREMIER ACTE INÉVITABLE : ÊTRE NÉ.

 

Maintenant, il y a un nouvel élu. Un homme préparé et entraîné à diriger, mais derrière lui viennent d'autres qui attendent sa chute pour monter au sommet et de là pouvoir régner. L'histoire ne cesse de se répéter « Jorge Hugo Marín et son Teatro La Maldita Vanidad reviennent à leur névrose familiale dans leur nouvelle production Matando el Tiempo. Tuer le temps se déroule au milieu d'un traditionnel déjeuner familial dominical, où à travers onze personnages, le spectateur découvre la cupidité et l'abus du pouvoir hérité. "Avec cette nouvelle œuvre, j'explore un parallèle historique à partir de la référence de Richard III de William Shakespeare que je me permets de mettre à jour, en imaginant les besoins que cet auteur a dû obtenir pour écrire l'une des œuvres les plus tragiques et les plus austères de la dramaturgie universelle, et qu'en même temps, c'est devenu un symbole d'abus de pouvoir », explique le réalisateur. Traditionnellement, le pouvoir est dans quelques familles, ce qui en fait les propriétaires d'une nation. Il est temps de célébrer, de tuer le temps pendant qu'un nouveau plan arrive. L'arbre généalogique le prouve, l'enfant qui naît doit continuer avec la tradition du grand-père, mais doit être plus rusé, la vigilance est intensifiée, pour qu'ils l'aient mieux éduqué, à savoir contrôler un peuple enragé. vision brute et directe, ils s'approprient des espaces du quotidien où le public peut venir se refléter dans un miroir cruel, désormais issu d'une réflexion sur le pouvoir. Il y a le temps, outre le programme de bourses à la création IDARTES pour les réalisateurs en voie de carrière, il s'agit également d'une coproduction du XIVe festival ibéro-américain de Bogotá et présente la performance de Carmenza Cossío, Angélica Prieto, Ella Becerra, María Soledad Rodríguez, María Adelaida Palacio, , Fernando de la Pava, Juan Manuel Lenis, Ricardo Mejía, Miguel González, Danie Diaza et Santiago Reyes. Cette compagnie est née comme un laboratoire pour les jeunes artistes du métier de théâtre colombien, qui cherche une construction profonde de la personnalité de ses personnages et de leur relation avec les espaces naturels, toujours avec une identité du quotidien et apparemment simple.

 

MARGARITA
Matando el Tiempo
MANUEL
ISABEL
LUNA
MIGUEL
GABRIEL

Vente du documentaire à notre siège,

Le temps de la vanité damnée

"Souvenirs de tuer le temps".

Réalisé par Juan Sebastian Valence.

Une production de La Maldita Vanidad en coproduction avec Story Film House.

 

    

 

logo la maldita vanidad teatro
bottom of page